Christelle Gebel .::. Naturopathe & enseignante de Yoga

 
Vous êtes ici:   Accueil > Qu'est-ce que la Naturopathie ? > Les médecines traditionnelles > La médecine indienne et tibétaine

La médecine indienne et tibétaine

La médecine traditionnelle indienne, science holistique de la vie, est l’un des plus anciens systèmes médicaux du monde. Révélée par les dieux à des sages clairvoyants, les rishi, elle est codifiée dans l’Atharvaveda (IV – III millénaire av. J.-C), quatrième des védas sous le nom d’Ayurvéda qui signifie ‘‘Science de la vie’’.

A l’origine les védas ne se transmettaient que de manière orale. Ils n’ont commencé à être fixés par écrit que vers -800 av. J.-C.

Le Sushrûta-samhita et le Charaka-samhita, les deux traités médicaux les plus anciens parvenus jusqu’à nous, sont attribués à deux célèbres médecins, Sushrûta (Ier millénaire av. J.-C) et Charaka (vers le IIIe siècle av. J.-C.). Ils s’appuient sur la doctrine des cinq bhuta (éléments) : éther, air, feu, eau et terre. Tout n’est qu’énergie qui se décline en qualités d’énergie. La réalité matérielle perçue par nos sens n’est qu’illusion.

En Ayurveda, les trois guna (cordes) tamas (Inertie), raja (Action), et sattva (Lumière) qui composent la Nature Primordiale (prakriti), se reflètent en chaque  homme  dans toutes ses pensées et ses actions. Le guna tamas est le créateur des cinq bhuta (éléments ou qualité d’énergie) qui constituent à leur tour les trois dosha (constitutions) : vata (Ether + Air), pitta (Feu + Eau) et kapha (Eau + Terre).  

La notion de karma, ou ‘’loi des actes’’, est essentielle pour comprendre la médecine ayurvédique. Selon le védisme, puis l’hindouisme et le bouddhisme, chaque action et même chaque pensée bonne ou mauvaise, agissent sur le ‘’soi’’, l’identité spirituelle de l’être humain, déterminant son devenir et ses incarnations futures. De plus, les pensées et les actions de tous les êtres humains s’ajoutant les unes aux autres, chacune de nos pensées peut influencer le destin du monde.

La santé parfaite n’est acquise que si l’être humain vit en accord total avec les lois de la nature et du cosmos, le dharma.

Dans l’univers védique, tout est harmonieusement réglé par le rta. Participe passé du verbe « s’adapter », le rta désigne l’ordre, la norme, l’authenticité, la justice et la rectitude compris dans un seul ensemble. […]. Tout individu qui le transgresse, que ce soit de manière volontaire ou accidentelle, se verra entravé par un dysfonctionnement de l’organisme. […] Dans la période post-védique le mot rta a été remplacé par celui de dharma.

Selon l’ethnologue Claudine Brelet, cette doctrine tient lieu de médecine préventive. A l’époque védique les Aryas* considéraient tout action ne correspondant pas au rta comme dangereuse. Chez des tribus migrantes aux conditions d’existence précaires, la maladie est un lourd fardeau qui peut mettre en cause la survie même du groupe.

 

 rasa

Les 6 saveurs (rasa) : sucré – acide – salé – piquant – amer – astringent, ont chacune des effets spécifiques sur l’organisme entier

 

Les médicaments ayurvédiques sont principalement  issus du monde végétal et minéral.

 

En marge des institutions universitaires en médecine ayurvédique, les Kaviraja, guérisseurs dont le savoir semble se rattacher à de très anciennes traditions orales, exercent librement. A l’instar des anciens chamanes et outre leur savoir technique, ils possèdent le pouvoir des mots. Ils sont initiés auprès de ‘’maître spirituel ‘’ qui vivent nus, dans une complète ascèse au sein de la jungle. Les pouvoirs de ces guérisseurs s’évanouissent s’ils en révèlent les secrets ou s’ils en tirent un bénéfice personnel, car la démarche spirituelle qui fait d’eux un vecteur de l’énergie cosmique doit rester vierge de tout acte visant à satisfaire leur égo. Entre autres règles, un Kaviraj ne doit jamais être payé pour les traitements qu’il dispense.

 

Adoptée par ses voisins du Tibet et d’Asie centrale, la culture indienne de l’Antiquité s’est propagée jusqu’en Chine et au Japon.

La médecine tibétaine, réunit des pratiques chamaniques très anciennes, une tradition thérapeutique fondée par Shenrab Miwo fondateur de la religion Bon quelques siècles avant l’ère chrétienne, la doctrine classique de l’Ayurveda introduite au Tibet par différents moines bouddhistes et  certains éléments mongols et chinois.

 *Le védisme des Aryas a été par la suite absorbé par le brahmanisme, lui-même absorbé par l’hindouisme. A l’époque védique, un système de castes fondé sur la discrimination, comparable à celui instauré par le brahmanisme, était encore inexistant en Inde.

« précédent retour en haut de page suivant »
© 2013-2019 lesentierdelanature.ch| propulsé par CMSimple| adapté et hébergé par NAWC| graphisme ge-webdesign.de| Connexion