Christelle Gebel .::. Naturopathe & enseignante de Yoga

 
Vous êtes ici:   Accueil > Qu'est-ce que la Naturopathie ? > Les médecines traditionnelles > La médecine africaine et vaudou afro-américaine

La médecine africaine et vaudou afro-américaine

Dans toute l’Afrique ''L’univers est une création continue dans laquelle chaque partie récapitule le tout''. Et la nature est animée de nombreuses divinités,  esprits, nymphes, ondines et génies. 

La notion d’individu se fond, se dissout dans la communauté que représente la famille étendue dont le rôle protecteur agit collectivement comme un puissant antidépresseur. Malgré les contraintes qu’elle représente parfois, cette présence affective contribue à améliorer l’état de la santé aussi bien physique que mentale.

Dès sa naissance, tout être humain revient au monde avec une personnalité amplifiée, régénérée, revivifiée par son contact avec le monde divin, doté d’une connaissance et d’une volonté supérieure. L’éducation que l’enfant reçoit consiste à aider cette personnalité, cette âme et cet intellect, à se manifester au fur et à mesure que sa nouvelle enveloppe charnelle grandit. […]. L’héritage qui se transmet de génération en génération n’est pas d’ordre biologique et matériel seulement, mais encore d’ordre éthique et spirituel.     CB p61

 La transmission sous une forme chantée de la mémoire africaine restitue les événements dans leur totalité. En effet, ''L’interdit rituel du mensonge frappe plus particulièrement tous les officiants parmi lesquels nul n’oserait donc déformer le contenu d’un récit, voire en changer un mot''.  CB p10

 Les pratiques des guérisseurs africains, à l’instar du chamanisme, reposent essentiellement sur une étiologie d’ordre psycho-sociale. Les meilleurs tradi-praticiens possèdent une sensibilité aiguisée à autrui, une capacité de relation fusionnelle avec leur entourage qui va les conduire par intuition à déterminer les causes du mal dans les multiples liens qui relient le malade à son environnement. Par exemple le comportement inadapté d’un ou plusieurs membres de la famille envers le malade, un décès, une malchance dans la famille. 

Les rites médico-magiques de possession libère le malade du ‘’génie’’ qui le domine. En Ethiopie on ne détruit pas le mal car il fait partie intégrante de la vie, on chasse l’esprit qui en est la cause, ailleurs. Dans une rivière, un ravin, un animal sacrifié ou dans un autre village, chez une autre famille (acte de magie négative).

Ces esprits assimilés à des ancêtres vivant dans le monde  invisible et perturbant ou protégeant les humains. Chacun peut devenir victime d’un ‘’génie’’ au cours d’une baignade, en cheminant aux abords de cendres ou d’ordures, en respirant de mauvaises odeurs, en se régalant de mets à l’arôme délicats…Ces ‘’croyances’’ s’avéraient donc constituer de véritables mesures préventives selon la conception moderne de l’hygiène.

 En Ethiopie, près de la source du Nil bleu, le rite médico-magique accompagnant la croyance aux zar ou génies, semble faire le lien entre le chamanisme préhistorique, certaines croyances typiques de l’Egypte pharaonique, les trois religions du Livre et la transe si répandue en Afrique qu’elle est considérée comme la caractéristique même de ses pratiques de ‘’guérissage’’.  […]. Il est maintenant établi que la transe, surtout lorsqu’elle est stimulée par des rythmes contrôlés par des siècles d’expérience, permet à la pensée de se libérer de la volonté agissante ou plus précisément, de sa capacité d’inhiber ce qui n’est pas ‘’conforme’’, afin de laisser s’exprimer le système  nerveux autonome », aboutissant à  « une remise en ordre de l’homme total.  CB p.21 et 31

chute du nil bleu éthiopie

Les chutes du Nil bleu en Ethiopie

« précédent retour en haut de page suivant »
© 2013-2019 lesentierdelanature.ch| propulsé par CMSimple| adapté et hébergé par NAWC| graphisme ge-webdesign.de| Connexion