Christelle Gebel .::. Naturopathe & enseignante de Yoga

 
Vous êtes ici:   Accueil > Qu'est-ce que la Naturopathie ? > Les médecines traditionnelles

Les médecines traditionnelles

 Il émerge de l’étude des grandes Médecines Traditionnelles, quatre points communs, constants, fondamentaux et irréductibles :

1.  La connaissance, le respect et l’utilisation de la ‘’force vitale auto-guérisseuse’’

2.  La primauté de l’hygiène sur l’intervention

3. La non-iatrogénicité thérapeutique, c’est le ‘’Primum non nocere’’ attribué à Hippocrate

4. La conception holistique de la santé avec la reconnaissance des dimensions physique, énergétique vitale, psycho-émotionnelle, sociale,  éco-planétaire et spirituelle, de l’être humain

Ce qui fait de la naturopathie une authentique médecine traditionnelle. Les connaissances médico-hygiéniques, le respect de l’énergie vitale, l’utilisation des plantes, du jeûne, de l’argile, l’imposition des mains, les cures hydriques ou solaires…se retrouvent dans toutes les pratiques traditionnelles de santé et de guérison depuis toujours.


Les médecines traditionnelles se sont construites de manière empirique et sont totalement imprégnées de la métaphysique de leur cosmogonie respective. 

C’est de la conception qu’une population se fait de l’univers et de la place qu’elle y occupe, et donc de la relation qu’elle entretient avec son environnement, que dépendent la spécificité de son système thérapeutique, la valeur qu’elle accorde à la maladie et à la souffrance, la traduction qu’elle donne de leurs symptômes, la conception qu’elle se fait de la mort et la fonction qu’elle attribue au thérapeute.

Claudine Brelet, ‘’Médecines du monde’’

Empirisme

L’unité biologique et psychique de l’humanité implique que des populations, malgré un environnement et un style de vie apparemment très différents, puissent découvrir des techniques similaires et cela parfois de manière simultanée. Dans le domaine des techniques visant à entretenir et améliorer la santé, les moyens disponibles sont les mêmes partout : substances minérales, végétales, animales, ainsi que l’être humain lui-même, c’est-à-dire la maîtrise qu’il peut exercer sur son corps, sa pensée et ses émotions. La  pérennité d’une méthode dépend des résultats positifs qu’elle permet d’obtenir. Si les médecines traditionnelles ont traversées les millénaires jusqu’à trouver ‘’un second souffle ‘’maintenant en Occident, c’est qu’elles ont fait leurs preuves.

 ''La médecine ‘’archaïque’’ se développe parallèlement aux premières religions. Elle est le fruit de l’expérience directe du sacré, de l’unité et de l’identité de l’être humain avec la nature tout entière, avec le  cosmos.  Le poids historique de notre raison cartésienne et notre mode de vie calfeutré dans les villes nous laissent ignorer l’intensité d’une expérience individuelle, tout à la fois solitaire et en immersion totale dans une nature intacte, en quasi symbiose avec le règne  végétal et le monde animal, à l’écoute des vents et des mouvements cosmiques. A l’écoute de la musique du monde. […]. Selon la définition donnée par l’UNESCO, toute culture est le produit de l’interaction entre l’homme et son environnement.  Il existe effectivement dans des civilisations différentes de la nôtre, fort peu respectueuse de la nature, des phénomènes que seule l’expérience personnelle vécue permet de comprendre.''   

Claudine Brelet, ‘’Médecines du monde’’

  

  • De même que la vie humaine se manifeste à partir du couple père-mère donnant naissance à un enfant, de nombreuses cosmogonies, par leurs mythes fondateurs, décomposent la divinité d’origine, l’Un, en un principe mâle et un principe femelle qui engendrent le monde  phénoménal.
  • On retrouve également dans toutes les cosmologies, la notion de forces universelles qui régissent la vie. Elles s’expriment poétiquement dans les sociétés ancestrales en termes d’esprits de la nature, de génies, de divinités, d’énergies symbolisées par les éléments, d’anges, etc…
  • Le son, à l’origine de la création, est également un point commun à toutes les cosmologies. Avec la théorie des super-cordes, la physique actuelle rejoint scientifiquement cette connaissance directe. Selon cette hypothèse, il n’y aurait qu’une sorte de particule fondamentale dans l’univers. Une corde-particule unique, analogue à celle d’un violon, de laquelle émanerait une infinité de modes vibratoires déterminant toutes les particules de l’univers. Dans tous les processus de guérison ancestraux, le son occupent une place centrale, sous forme d’incantations, de chants sacrés, d’instruments rythmiques, de récits. Les sons et les rythmes induisent et accompagnant la transe chamanique.


« précédent retour en haut de page suivant »
© 2013-2019 lesentierdelanature.ch| propulsé par CMSimple| adapté et hébergé par NAWC| graphisme ge-webdesign.de| Connexion