Christelle Gebel .::. Naturopathe & enseignante de Yoga

 

L'hygiénisme

On ne commande à la nature qu’en obéissant à ses lois. 

 Francis Bacon (1561-1626)

un des pionniers de la pensée scientifique moderne


En corrélation avec le vitalisme, l’humorisme, l’holisme et le causalisme, l’Hygiène vitale se déploie en hygiène du corps, du psychisme, de l’âme et de l’environnement.

C’est la primauté de la prévention sur l’intervention, toutes les médecines traditionnelles insistent sur le mode de vie le plus propice à conserver ou à rétablir la santé de l’homme dans sa globalité.

La notion d’hygiène en naturopathie et en médecine traditionnelle, ne se limite pas à la propreté extérieure du corps et à l’assainissement des bâtiments. Elle se définit comme un art de vivre en bonne santé par le respect des lois de la nature et par la bonne connaissance des aliments spécifique à l’espèce humaine, afin de préserver voire d'augmenter l’énergie vitale qui va toujours dans le sens de préserver la vie. 

D'après les principes de l'hygiénisme, les facteurs nécessaires au maintien de la santé sont ceux-là mêmes auxquels il faut recourir pour la rétablir, et pas d'autres, quelle que soit la maladie en cause. L'Hygiénisme exclut tout genre de remèdes, même naturels.

 

L’hygiène naturelle trouve ses origines dans la nuit des temps. Mais c’est aux Etats-Unis que le mouvement hygiéniste pur voit le jour, avant l’avènement de l’ère pasteurienne, avec le Dr. Isaac Jennings (1788-1874), le pasteur Sylvester Graham (1794-1851), suivis de beaucoup d’autres…

Le praticien de santé et pacifiste américain Herbert M. Shelton (1895-1985) est considéré, avec la publication de plus de 30 ouvrages, comme le principal fondateur d’un enseignement de l’Hygiène naturelle, synthèse des travaux des pionniers du mouvement hygiéniste. Dans ses cliniques - Ecole de Santé, il a supervisé plus de 30’000 jeûnes thérapeutiques. Ses écrits auraient même inspiré Ghandi. Cependant harcelé par la médecine officielle, le Dr Shelton sera souvent emprisonné et mourra à 90 ans ruiné par une amende de presque un million de dollars US qui l’obligea à vendre sa clinique-école.

L’initiateur de l'hygiène naturelle en France est le Dr. Paul Carton (1875-1947).

Leur philosophie commune : faire une confiance absolue à la nature guérisseuse, et ne conseiller que des activités harmonisatrices mettant le patient en contact étroit avec les éléments naturels : argile, eau, soleil, air pur, ainsi qu’avec le repos et une nutrition frugale, coupée de jeûnes préventifs ou thérapeutiques.

Les Mormons, Adventistes et certains Théosophes se sont inspirés de leurs enseignements pour gérer leur santé en accord avec leur vie spirituelle.

 Entre 1948 et 1956, la découverte sur les rives de la mer Mortes de manuscrits rédigés en araméen, révèle un véritable manuel d’Hygiène vitale attribué à une communauté ascétique juive, les esséniens, dans laquelle aurait vécu Jésus.

 

En Hygiène naturelle, la maladie aiguë est considérée comme un processus de nettoyage de l' organisme suffisamment doté en énergie vitale. Si des médicaments n’entravent pas se processus salutaire, elle dure le temps que le corps consacre à son auto-nettoyage interne.

La maladie chronique survient lorsque le corps n’a plus assez de vitalité pour se débarrasser de ce qui nuit à son fonctionnement optimal. Il cherche alors à s’adapter aux facteurs de déstabilisation, auquel il est soumis : excès de stress, manque de repos, nutrition excessive et déséquilibrée, sédentarité, pollution chimique et émotionnelle, etc…

La maladie n’existe pas par elle-même  contrairement à ce que le langage médical nous conduit à imaginer. Le processus de nettoyage est toujours positif ou de moindre mal. L’organisme s’exprime en éliminant ses poisons et en restaurant ses organes affaiblis ou défaillants, pour autant que les conditions propices aient été mises en œuvre.  

Plus le patient est faible, plus il doit conserver ses forces et éviter les stimulants et les toniques. Une douche froide, un cataplasme froid, un bain froid éveillent autant qu'une tasse de café et donnent une sensation de bien-être identique. Mais on gaspille de la sorte l'énergie du  malade. Il faut toujours garder à l'esprit que la force extériorisée est une force dépensée.

 

La connaissance des principes et des règles, qui président à la Santé, sont connues et ne nécessitent que d'être expérimentées personnellement. Pour autant, il est de la responsabilité individuelle de faire l'effort personnel de se libérer de l'ignorance, qui bien trop souvent caractérise l'individu quant à sa propre santé et à sa manière de la gérer.

 

Dans les grandes lignes, le maintien de la vie d’un organisme dépend de trois catégories de facteurs indissociables :

- La nutrition : ingestion, digestion, assimilation, désassimilation des aliments, de l’eau et de l’oxygène. Sommeil, relaxation, méditation. Nourrir l’âme de bon, de bien, de beau, de vrai.

- Le drainage : processus de désintoxication, neutralisation des toxines et des toxiques, puis excrétion et élimination hors du corps par les émonctoires, par l’intermédiaire du sang et de la lymphe. Evacuation des émotions, pensées négatives, de l’excès de stress.

- La circulation de l’énergie vitale : dans les méridiens d’acupunctures en MTC, dans les nadi, la Kundalini, les Chakra en yoga, etc, …

 

Les composants de la culture hygiénique, tous d’égale importance 

  • Trouver le sens de sa vie, lui donner une direction en suivant un fil conducteur.
  • Cultiver le bonheur, l’amour, l’authenticité, l’harmonie en soi et autour de soi.
  • Faire si possible chaque jour de l’exercice physique oxygénant (forêt, chutes d’eau).
  • S’exposer quotidiennement au soleil sans brûler mais sans crème, ni lunettes,
  • Prendre soin de sa structure ostéo-articulaire, musculaire, de ses yeux de sa dentition
  • Dormir et se reposer suffisamment chaque jour.
  • Manger modérément, dans la bonne humeur, des aliments frais, entiers, du terroir, cultivés naturellement. Eviter les aliments industriels.
  • Utiliser des produits d’hygiène corporelle naturels.
  • Porter des vêtements en fibres naturelles qui n’entravent pas la circulation des fluides.
  • S’aménager un lieu de vie sain : lumière, humidité, bruit, géobiologie, produits d’entretien
  • Rechercher la pondération en tout, éviter le fanatisme.

 

 

 

« précédent retour en haut de page suivant »
© 2013-2019 lesentierdelanature.ch| propulsé par CMSimple| adapté et hébergé par NAWC| graphisme ge-webdesign.de| Connexion